Mange-soucis V4


On pourrait penser que ça va s’améliorer au fil des versions, on pourrait penser que la réalisation est de plus en plus rapide… Et bien non ! Pourtant, si elle avait ressemblé à ce que j’avais dans la tête, cette version aurait vraiment pu être chouette.

Vous connaissez l’album pop-up « La couleur des émotions » ? Il est magnifique.

Ça a été le point de départ de mon projet de rentrée dans ma classe de MS-GS. Du coup, je me suis dit : « trop bien ! Je vais coudre un monstre mange-émotions, avec un ventre hublot pour voir comment il se sent« . Si vous ne connaissez pas l’album, au début de l’histoire le monstre est barbouillé (multicolore), il apprend ensuite à trier ses émotions qui ont différentes couleurs : jaune pour la joie, bleu pour la tristesse, rouge pour la colère, noir pour la peur, vert pour la sérénité et rose pour l’amour. Avec un hublot, on peut voir la couleur des objets qu’on lui fait manger et déterminer son état émotionnel.

Avouez que l’idée n’était pas mauvaise ?

Mais j’ai enchaîné les erreurs et maladresses, du coup j’ai tout laissé en plan plusieurs semaines (oui, quand ça ne marche pas comme je voudrais, je boude procrastine). Cet après-midi, je me suis enfin décidée à l’achever (dans tous les sens du terme) et voilà le résultat :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez le droit de vous moquer. Allez-y ! 😝

J’espère que mes petits élèves seront indulgents.

Bonne soirée.

Publicités

Monstre mange-soucis (V3)


Ysaé a dessiné pleeeeeeein de versions, puis a affiné son choix :

Il voulait les pattes et l’antenne rembourrées (ce qui ne m’a pas facilité la tâche), de petits bras et de longues jambes.

On s’est couché très tard hier soir, Ysaé dort encore, il ne l’a pas encore rencontré.

Bonne journée !

Mange-soucis 2


Je vous en avais parlé ici, je travaille sur un modèle de doudou avale-soucis.

Voici celui commandé par Sandro, parce que même à 11 ans, on peut avoir besoin d’un ange-gardien pour partir en colo.

Il a choisi de garder la forme de départ, les mêmes crêtes et les mêmes membres que le prototype de départ (les bras sont juste rallongés). Bref, peu de changements par rapport à la première version, à part l’œil spirale.

Je vous montre aussi la version cousue par une amie :

Joli aussi, n’est-ce pas ?

La version d’Ysaé sera un peu différente. Et ma mascotte de classe encore davantage 😉

Bonne fin de journée.

Maxijupe réversible V3 et tatouage


Ou le projet qui aurait dû rouler mais s’est transformé en projet boulet…

Je vous avais montré le premier prototype, puis le second, cette dernière version aurait dû être rapide et mieux aboutie. Il n’en est rien !

La copine pour qui je l’ai cousue m’a fourni les magnifiques tissus. Au moment du repassage, je me suis rendu compte qu’un des deux avait un accroc. Vu le métrage, ce n’était pas un problème, il suffisait de couper dans l’autre moitié du tissu. Croyez-le ou non, même en faisant attention, je me suis plantée. Premier problème, première solution : rafistoler et fermer la jupe dans l’autre sens pour que l’accroc soit caché.

Le tissu de la ceinture est un tissu de bonne qualité et extensible. Il m’a semblé intéressant de garder le côté extensible pour ajuster encore mieux qu’avec les pressions, je n’ai donc pas mis de triplure (contrairement à la V2). Deuxième erreur : les pressions métal (partie du dessous) sont sorties du tissu au premier déboutonnage… Il a donc fallu sortir les 16 pressions, découdre la surpiqûre du haut de la jupe, intercaler un tissu non extensible fixé avec du thermocollant. J’espère que ça tiendra, mais je n’en suis pas certaine…

Voilà. Si ça ne tient pas, il faudra refaire la ceinture avec un tissu non extensible.

Et comme cette cousette est une partie d’un troc, il faut que je vous dévoile l’autre partie du troc. Marianne a fait tout le travail préparatoire pour mon tatouage (oui, pour mes 40 ans, je me suis offert un tatouage 😊). Elle a pris le temps d’écouter mes envies et a réussi à comprendre et dessiner exactement ce que je voulais. Merci beaucoup ! Je suis allée voir le tatoueur avec ses 2 propositions de dessins qu’il a modifié (un peu trop au départ, d’ailleurs !). Et voici le résultat (beaucoup moins délicat et détaillé que les dessins de Marianne) :

Arbre magique, arbre de vie, arbre à palabres, arbre pharmacien, arbre à l’envers… Le baobab est aussi l’arbre au pied duquel on résout les conflits. Et c’est aussi un merveilleux souvenir de notre voyage en Tanzanie.
Pour en savoir davantage : un article intéressant.

Bonne journée !

Krok’tra-K


L’été dernier, une amie m’a demandé si ça m’intéresserait d’animer un atelier de couture de doudou l’été prochain pour son association « Ma ré-création est dans le pré« . Bien sûr, j’ai dit oui !

Je lui ai proposé de coudre un « mange-soucis », vous savez ces doudou qui ont une bouche pour avaler les soucis des enfants ? L’idée lui a plu, y avait plus qu’à… créer mon propre modèle. Mais vous connaissez mon gros penchant à la procrastination !

Bref, le prototype a enfin vu le jour dimanche. Il y aura d’autres versions, plusieurs variantes proposées.

Chutes de minky, de polaire, de coton + fermeture à grosses dents

Celui-ci a été directement adopté par Nahel. Ysaé et Sandro ont dessiné différentes versions qui verront le jour cet été.

Bonne fin d’après-midi.

Maxi jupe réversible V2


Après un premier test, voici la deuxième version. Un tout petit peu moins longue (3 cm de moins), des pressions métalliques, des « coins » arrondis.

Les 2 faces de la ceinture sont en lin, les 2 faces de la jupe en tissus africains ramenés de Tanzanie. Les couleurs ne ressortent pas correctement, vivement que le soleil revienne !

Comme je n’ai pas trouvé de pressions métalliques « jolies » des 2 côtés, j’ai pris une partie entre les 2 faces de la ceinture qui a été triplée, pour plus de solidité.

Bonne soirée.

Datura


J’avais craqué sur ce patron de Deer & Doe il y a plusieurs années, il a fallu un défi couture « on se coud une Datura en avril ? » pour que je m’y mette enfin. Merci Marion !

Le patron est annoncé pour un niveau intermédiaire, il demande un peu de minutie mais en optant pour la version sans triangle et sans col Claudine, il n’y a rien d’insurmontable. La seule chose qui m’a posé problème, c’est le montage des épaules. Il faut dire que vu que j’ai prêté le patron après l’avoir décalqué, je n’avais gardé que la version des instructions en anglais… Heureusement, d’autres se sont cassé les dents avant moi et on peut trouver des tutoriels, notamment celui-ci.


Plumetis vert + Liberty (?) + dentelle

L’ourlet roulotte un peu, j’ai dû trop tirer le tissu lors de la couture. Et vous remarquez au passage que je n’ai pas encore cousu les ourlets de mon pantalon (et que je n’ai même pas pris le temps de les retourner).

Contrairement aux apparences, il y a bien le même espacement entre les 3 pressions.

Et on ne se moque pas de la marque de bronzage !
Toujours avec un grand tact, le « photographe » m’a dit « mais c’est quoi ces plis au niveau des seins ? », « euh… ça s’appelle des pinces de poitrine… »

Grâce à son empiècement entièrement doublé, ce modèle offre de jolies finitions à l’intérieur comme à l’extérieur et c’est gratifiant de pouvoir être fière du dehors comme du dedans.

Cette blouse Datura est aussi agréable à coudre qu’à porter. Elle aura sans doute des petites sœurs 😉

Hors sujet : hier, nous avons eu la chance de voir par hasard cette œuvre éphémère de Felipe Varini (cliquez ici pour en savoir davantage).

Bonne soirée.

%d blogueurs aiment cette page :