Iron, le poney range-pyjama


– « Maman, tu pourras me coudre un doudou cheval et un doudou cavalier ?
– Euh… Attends, j’ai peut-être quelque chose qui pourrait te plaire. »

Commencé pendant les vacances de Toussaint, puis abandonné pendant plusieurs mois… Mais la machine a repris du service, alors voilà :

C’est un modèle issu du livre « Couture pour jolis rêves d’enfants » d’Anne Alletto alias Cré-Enfantin. Et comme toujours, tout est très bien expliqué.

Je n’ai fait que très peu de modifications :
– le toupet n’est pas appliqué mais peut se relever,
– j’ai remplacé l’étoile sur la selle par le prénom d’Ysaé en lettres thermocollantes,
– j’ai « prolongé » la sangle sous le ventre (et j’ai d’ailleurs complètement raté le raccord),
– j’ai doublé l’intérieur : ça ne me plaisait pas de voir l’envers du tissu doudou en l’ouvrant pour ranger le pyjama.

C’était long, mais Ysaé est super content ! Et son sourire vaut largement le temps passé à confectionner son nouveau « doudou » préféré.

Bonne fin de journée.

Masques en série, le retour


Après avoir cousu une première série de 15 masques la semaine dernière (ils sont partis par l’intermédiaire d’une personne travaillant dans une clinique d’Albi), j’ai remis ça ce week-end pour les 5 employés du petit « Carrouf Express » de la ville dans laquelle je travaille. Ils font office de dépôt pour la librairie (qui est fermée physiquement mais continue à tourner par Internet) et permettent ainsi de garder un accès aux livres.

J’ai testé un autre patron, plus rapide à coudre que le précédent :

Il s’agit d’un masque à plis avec compartiment pour insérer un filtre.

Voici un résumé en photos de la confection (je fais partie des personnes qui préfèrent les tutos écrits aux tutos vidéos) :
1- Couper un rectangle de coton de 34×20 cm et 4 liens en jersey d’environ 30×2 cm (quand on tire les extrémités, ça s’enroule).


2- Le plier en 2 endroit contre endroit et coudre le bord 5 cm de chaque côté bord, ça laisse une ouverture de 10 cm au milieu (ce n’est pas dit dans la vidéo mais j’ai préalablement surjeté les 2 bords courts).

3- Placer l’ouverture au centre du rectangle. Insérer les liens aux 4 angles. Puis coudre les côtés.

4- Retourner. Surpiquer le haut et le bas (je ne suis pas sûre que cette étape soit nécessaire, elle donne peut-être un peu plus de tenue).

5- Plier comme montré dans la vidéo à 3’10 (OK, +1 au tuto vidéo !) et piquer les côtés. Comme quelques points sautaient (à cause des épaisseurs ? ou aiguille émoussée ?), j’ai fait un aller-retour de chaque côté.

Et voilà, c’est fini ! Alors, c’est pas super rapide ?

         

Après en avoir discuté avec une copine, j’ai découpé des filtres en polaire (rectangle de 15×13 cm auquel j’ai coupé les coins). Personnellement, je ne supporte pas : j’ai la sensation d’étouffer… Mais c’est zéro déchet, contrairement aux lingettes dépoussiérantes, mouchoirs en papier, filtres à café, etc. Et ça permet que les masques soit livrés « prêts à l’emploi ».


         

Sauf qu’une fois que tout était coupé et en machine, j’ai découvert ça : https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/. Et ça confirme que la polaire n’est pas un tissu adapté à la confection de masques.
Je les ai quand même mis dans les sachets (2 masques + 2 filtres par sachet), c’était coupé et c’est toujours mieux que rien, en plus des 2 épaisseurs de coton des masques.

J’ai déposé 5 sachets au Carrouf, 1 dans la boîte aux lettres une copine/collègue et 2 dans le bureau du directeur de mon école. Et j’ai gardé un masque pour moi, en plus de mon premier essai.

Désolée pour la longueur de cet article qui aurait pu s’arrêter à la vidéo du tuto et à une ou deux photos des masques… Le confinement me donnerait-il envie de babiller encore plus que d’habitude ?

Bon après-midi.

Masques en série


Après un premier essai de masque à plis, je suis tombée sur le modèle de la 1083. 1083, c’est une marque française de jeans. Et là, ils ont stoppé leur production habituelle pour la remplacer par la fabrication de masques qu’ils distribuent gratuitement. Et rien que pour ça, je vais devenir une de leurs client-e-s dès que toute cette histoire sera terminée.

Ils ont adapté le patron du CHU de Grenoble qu’on trouve un peu partout sur la toile. Si vous n’avez pas encore lu l’article de Couture et Paillettes consacré aux masques en tissus, je vous conseille de le faire.

J’en reviens au patron proposé par 1083. Je l’ai trouvé très intéressant, notamment de par son nombre de pièces et son système d’attache.

tuto_masque_1083-v2

J’y ai cependant apporté quelques modifications : je n’ai gardé que 2 pièces en coton et j’ai modifié le montage pour pouvoir y insérer un filtre amovible :
1. J’ai coupé que 2 fois la partie « tissu en coton ».
2. J’ai fait un rentré d’un côté de chaque pièce (pas le même coté), rapide, au point zig-zag (à droite sur la photo ci-dessous).

IMG_20200325_184143

3. J’ai assemblé les 2 pièces endroit contre endroit en piquant sur l’autre côté (à gauche).

IMG_20200325_184210

4. Ensuite, j’ouvre le masque pour avoir la couture au milieu et je place les liens (4 liens de jersey d’environ 2cm-2,5cm sur 30cm). Les bords rabattus doivent légèrement se superposer.

IMG_20200325_185430

IMG_20200325_185540

5. Puis je couds en haut et en bas.

IMG_20200325_185845

6. Plus qu’à couper le surplus en haut et à retourner.

IMG_20200325_190001

IMG_20200325_190055

Voilà ce que ça donne porté :

IMG_20200325_121424

Conclusion : c’est quand même très long quand on commence à vouloir en coudre à la chaîne…

IMG_20200326_154637

La prochaine fois, je teste ce tuto recommandé par une copine créatrice qui joue les colibris couturiers et a testé plusieurs modèles. Et si vous avez le temps, vous pouvez même aller jeter un œil à ses magnifiques créations ici : Arty Malice.

Moi qui déteste coudre 2 fois la même chose, là il y en a 15… Mais c’est pour la bonne cause, alors !
Et merci à Réglisse qui m’a assisté pendant une partie de la production 😉

IMG_20200326_120808

(ne vous inquiétez pas : les masques sont dans la machine à laver au moment où je rédige cet article…)

Bonne fin de journée ! Prenez soin de vous et de vos proches et RESTEZ CHEZ VOUS !

Édit 21h30 : voici le lien vers un tuto à la fois très rapide à coudre et avec filtre amovible. C’est par !

Masque


Depuis plusieurs jours, je tourne et retourne autour de la question de coudre des masques. J’ai fini par tester un modèle, plus rapide que les « becs de canards ».

J’ai utilisé le patron de la Maison Victor, en remplaçant les rubans par des bandes de jersey de 3×30 cm. On peut y insérer un filtre : mouchoir en papier, bout de sac d’aspirateur, lingette dépoussiérante (il paraît que c’est le mieux). Pour une version « zéro déchet », on peut y mettre un bout de polaire. Mais c’est chaud et moins léger.

Pour plus d’informations sur l’utilisation des masques, vous pouvez aller lire l’article très intéressant de Couture et Paillettes. En fin d’article, vous trouverez les liens vers plusieurs patrons, dont celui que j’ai utilisé.

Bonne soirée.

Housses de coussins


Ce week-end, cousettes faciles pour habiller la banquette du nouveau bureau / atelier / bibliothèque / chambre d’amis.

Tissu jacquard, passepoils orange et bordeaux et fermetures à glissière (Mondial Tissus)

Coupons en lin, avec appliqués brodés achetés il y a quelques années sur un site qui n’existe plus + passepoils + fermetures

Et voilà !

Edit du 30 septembre : voici les « vraies » couleurs.

Top Leaf


Défi « wax », je ne vous dirai pas la date butoir de départ : une fois de plus, je suis très en retard. Le patron est décalqué et découpé depuis fin avril, pour vous donner une idée…

Il s’agit du top Leaf, de Maison Fauve (anciennement « Dessine-moi un Patron »), réalisé dans un de mes tissus-trésors rapportés de Tanzanie.

Hier, jour de pluie, après-midi idéal pour coudre ! Une fois le tissu coupé, ça m’a semblé petit. Je me suis alors rendu compte que j’avais décalqué la taille 36. J’ai dû me croire mince, il y a 3 mois 🤔. OK, j’avoue : j’ai repris un peu de poids 😏. Du coup, c’est très (trop) ajusté.

Les explications sont claires, la réalisation facile. Par contre, le niveau de finitions ne m’a pas convaincue : quand on a testé une fois un patron Deer & Doe (la Datura, par exemple) ou Ivane S (la 1001 perles), on devient difficile. J’ai donc ajouté des surpiqûres partout. Et quand je dis partout, ça veut dire aussi à l’intérieur, pour rabattre les parties surfilées des parementures.

Autre légère modif : l’ajout de fentes sur les côtés. Là, je ne vous montrerai pas de gros plan parce que je ne suis pas satisfaite.

Hier en fin d’aprèm, ce top était presque fini : il manquait l’ourlet du bas et les boutonnières. Aujourd’hui, j’ai procrastiné une grande partie de la journée de peur de rater les boutonnières. J’avais oublié qu’à la machine à coudre, c’est un jeu d’enfant ; le plus délicat étant de les ouvrir. Et puis c’est tellement chouette une machine à coudre que ça coud même les boutons. Je crois que je n’avais jamais testé et j’adore !

Prochain défi, normalement, une robe portefeuille. Mais je ne sais pas quand je m’y mettrai : d’autres projets vont passer avant et surtout, on fait des travaux à la maison (enfin !).

Bonne soirée.

Ma Lipsi d’ado


Cette cousette doit dater des vacances de février, je l’ai portée pour la première fois aujourd’hui : trop courte, je n’osais pas… Mais avec un legging, ça passe.

C’est une Lipsi, patron de l’Usine à Bulle. J’ai opté pour la version courte, rallongée quand même de 3 centimètres. En jersey, donc pas de fermeture à glissière, juste un élastique dans la ceinture (qui est doublée). Il faudrait d’ailleurs que je découse pour raccourcir l’élastique.

La petite étoile en appliqué inversé devait être placée ailleurs, mais mon étourderie en a décidé autrement.

Le dernier défi (qui devait normalement être rendu fin avril) est un défi wax. Le patron est prêt, le tissu lavé, y’a plus qu’à… Le suivant sera une robe portefeuille. Vivement les vacances !

Bon après-midi.

%d blogueurs aiment cette page :