Petite pochette toute simple


Comme chaque année, aura lieu le congrès de l’AGEEM (association générale des enseignants des écoles et classes maternelles publiques). Et cette année, il se tiendra à Albi, donc tout près de chez moi. Alors bien sûr, j’en suis !

Il a été prévu de coudre une cinquantaine de pochettes pour les organisateurs/trices de notre département. Une seule contrainte : des tons bleus (à vrai dire, pas ma couleur favorite). Un patron trouvé sur la toile nous a été proposé par une des adhérentes, mais il est un peu trop petit, et le montage ne me plaît pas. Alors j’ai fait mon prototype.


Tissu extérieur : jean de récup’ (tout rentre dans une jambe)
Tissu intérieur : coton
Pression résine

Ce petit sac tout simple mesure 22 cm de large et 25 de haut. La bandoulière a une longueur de 1,35 m et peut être réglée plus courte en nouant différemment. C’était le système proposé sur le patron de départ, je le trouve à la fois pratique et original et ce, sans avoir à utiliser de fournitures annexes.

J’ai ajouté une petite poche à l’intérieur. La prochaine version aura aussi une ou deux poches extérieures : au moins une au dos, asymétrique comme le rabat, et peut-être une devant asymétrique aussi et qui croiserait le rabat.
On peut imaginer d’autres systèmes de fermeture : bride élastique + bouton, pression aimantée, attache de type cartable, etc.

Comme j’ai tout noté pour en coudre plusieurs, je vais essayer de mettre un tutoriel au propre d’ici peu.

Bonne soirée.

Pochette de portable Pomme


Avertissement (là, vous entendez en fond la sirène des alertes enlèvement) : je passe en mode « 36-15 raconte-ta-vie-pas-trépidante-mais-tant-pis ». Vous pouvez donc sauter la quasi-totalité du paragraphe suivant après en avoir lu juste la première phrase.

Fin Juillet, Aurélia alias Margotte aux Pomme_ nous lançait un défi. Les défis, ça fait un moment que je les fuis… Par manque de temps, par manque de motivation, par manque d’envie. Mais celui-là me bottait particulièrement, en plus, je venais juste de recevoir mon nouveau smartphone, un Sa…ng Grand qui, comme son nom l’indique est GRAND. Trop grand pour le garder dans la poche d’un pantalon. A la maison, ce n’est pas un problème mais à l’école si, en particulier en récréation (où je garde mon téléphone sur moi au cas où l’on m’appelle pour mes propres enfants). Il allait donc me falloir une pochette avant la rentrée (qui approche à très très grands pas, pour ne pas dire qu’elle est déjà passée puisque la prérentrée des enseignants, ici, c’était vendredi). Alors autant faire d’une pierre deux coups.

Depuis déjà un bon bout de temps, l’envie d’essayer de coudre de la chambre à air me titillait. Depuis que j’avais gagné le sac de Bonome (dont le blog n’est plus accessible 😦), pour tout dire, donc oui, ça date. Un petit tour chez Papa/Maman et je reviens avec des chambres à air de brouettes (qu’il a fallu nettoyer, frotter, astiquer, brosser, savonner, rincer, etc.). Je me dis que c’est super, ce sera solide, imperméable et tout et tout. Par contre, je ne me dis pas que ce sera incousable ! Non, il ne me passe pas par l’esprit une seconde que du caoutchouc élastique de 1.5 mm d’épaisseur, ça ne se coud pas comme du coton…

PochettePortablePommePatron maison.
Extérieur en chambre à air de brouette, tissu enduit « pommes » et biais à pois.
Doublure intérieure en Minky Dot vert et rose (parce que je n’arrivais pas à me décider entre les deux).
Bandoulière récup’ (vous connaissez les sandales Switch ?), rivets, boucle en D, pression résine, fermeture à glissière
.

 

Enfin, une épaisseur, pour faire l’appliqué inversé, c’est passé mais pas plus : ma machine n’a rien voulu savoir malgré tous les conseils de Cécile La Fiancée du Suricate. Il m’a donc fallu assembler à la main (je déteeeeeeeeeeste coudre à la main, et ça fait mal aux doigts, les épaisseurs de chambre à air, 2 aiguilles ont rendu l’âme en cours de route).
Pas facile non plus de retourner la chose… Puis il a fallu réfléchir à un autre moyen d’assembler extérieur et doublure, mais aussi pour la bandoulière. D’où le biais à pois (qui a lui aussi été cousu à la main, il ne faut pas regarder de près, je vous le dis !) et les rivets qui n’étaient pas prévus au départ.

Verdict : je ne suis pas mécontente du résultat même si ce n’est pas exactement ce que j’avais imaginé. Je retenterai sûrement l’expérience de la chambre à air mais de vélo, pas de brouette…

Et si vous aussi vous voulez participer au défi, il vous reste une semaine. Pour en savoir plus, filez vite chez Margotte aux Pomme_ en cliquant sur l’image ci-dessous dessinée par Céline Des P’tits Riens :

margotte aux pomme_original
Bon après-midi ! Ici, ce sera sortie vélo en famille pour profiter du soleil.

*Tout se transforme !


TITRE : « Tout se transforme ! »

SOUS-TITRE : Plus de 40 idées de vêtements et accessoires pour vos enfants

AUTEUR : Marianne HILDENG VIGNEAU

ÉDITEUR : Minerva

ANNÉE DE PARUTION : 2005

 

FORMAT : 21 x 25 ; couverture souple à rabats

NOMBRE DE PAGES : 144 + planches à patrons (taille réelle)

 

SOMMAIRE :

Avant de vous y mettre

  • Les indispensables
  • Avant de découdre
  • Les patrons
  • Quelques notions de couture bien utiles

Les nouvelles vies de vos vieux vêtements

  • La robe qui fait craquer Papa !
  • Le tablier super-cool et son doublon ciré glacé
  • La tunique rétro et la robe bébé
  • La tunique hippie chic et sa besace
  • La robe toupie à paillettes ou à fleurs
  • Le pouf poire qui fera des jaloux
  • Le tableau souvenir
  • La lampe savante
  • La robe de toutes les fêtes
  • L’élégance fleurie
  • La robe de campagne pour la ville
  • Le gilet pour petits bras musclés
  • La robe poupée russe
  • La robe et les baskets à pétales
  • Le sac nursery à usages multiples
  • L’imperméable vichy des jours pluvieux
  • Libellule s’invite chez vous ! T-shirt, cadre et suspension
  • La housse de coussin tendance et romantique
  • Le protège-carnet de santé malin
  • La robe passeport
  • La robe et le sac à sortir
  • La couverture et son sac à dos pour pique-niques printanniers
  • La cadeau de naissance qui tient chaud
  • 1, 2, 3 soleil ! Sacs et drap sur la plage
  • La tenue western : dos-nu pour l’été – cou caché pour l’hiver
  • Le manteau fille avec accessoires douillets
  • Le manteau garçon avec écharpe pour hiver polaire
  • La chancelière pas comme les autres
  • Les deux sœurs en rose
  • La combinaison bébé arrangée
  • Le drap, le tour de lit et les baisers de papillons

La série des basiques personnalisés

  • Avec un peu de couture
  • Avec un peu de peinture

Des motifs pour vos inspirer

 

 

DESCRIPTION :

Pour chaque modèle, il y a :

  • des photos
  • le niveau : très facile, facile ou un peu technique
  • les tailles (pour les vêtements)
  • le temps de réalisation
  • la liste du matériel
  • les explications : texte + schémas
  • les patrons en taille réelle (17 patrons)

 

 

 J’AIME :

  • l’idée même de recycler des vêtements
  • la présentation claire : fonds de différentes couleurs pour chaque modèle
  • les patrons à taille réelle

 

 JE N’AIME PAS :

  • rien de neuf au niveau des coupes (normal puisque l’ouvrage date de 2005 : il y a eu beaucoup de parutions en couture depuis…)

 

Pour vous le procurer, cliquez ICI ou

 

Un mini bidouillage pour les Folles de Récup’


Les folles se réveillent alors voici le nouveau défi ! Cliquez sur l’image pour en savoir davantage :

Cette fois-ci, je m’y suis mise dès le premier mai et ça a donné ça :

Un bocal de compote + des capsules = une boîte à boutons « Quality Maman Panach » ! (merci Messieurs Marteau et Pistocolle)

Rien d’exceptionnel j’en conviens, mais cette fois-ci au moins, je ne passe pas mon tour. Je n’ai quand même pas dit mon dernier mot quant au défi customisation de vêtement…

Depuis, je rame. Mais bientôt (enfin, tout est relatif, hein) :

  • une boîte de conserve + de la toile Aïda + des échevettes = un pot à crayons / crochets (avec la participation de Madame Aiguille) sur une idée prise dans ce livre.
  • un pot de yaourt en verre + du fil de coton rouge = un photophore (avec la participation de Monsieur Crochet n°2)

Et je ne résiste pas à l’envie de vous montrer le cadeau de fête des mères qu’avait fait mon « grand » avec sa super maîtresse de toute petite section il y a deux ans : une brique de lait + différents papiers + du velcro = un porte-monnaie.

Désolée pour le montage qui n’est pas top : j’ai tenté un nouveau site puisque Picnik a fermé et que PicMonkey ne permet pas encore les collages. Pas vraiment convaincue ! Il a retaillé mes photos carrées pour les repasser sous un format classique.

Une brique de lait + des chutes de tissus + une pression, ça pourrait le faire aussi !

Il est encore temps de participer au concours La P’tite Usine à Rêves ici, ou au moins d’aller voir les participations (un ajout très bientôt).
Bonne fin de journée !

Mochasss, le serpent


Copie de l’article posté chez les Folles de Récup ce matin

« Mieux vaut tard que jamais« . Enfin, il paraît ! Parce que quand vous allez voir ce que j’ose venir vous montrer, vous risquez de regretter amèrement que je n’aie pas choisi l’option JAMAIS…

Comme dit dans le titre, Mochasss est un serpent. Mochasss mesure 3 mètres. Mochasss est fait en vieilles chaussettes pourrites. Mochasss est rembourré en vielles chaussettes pourrites (aussi ! les bouts coupés) et en vieux T-shirts nazes (4, exactement). Et… Mochasss est MOCHE !

Mon homme a bien proposé de le teindre (c’est pour vous dire) mais Mochasss –s’il n’est pas accaparé par les petites mains de la maison– est destiné à être un boudin de portail du garage, donc à vrai dire, je m’en fiche un peu qu’il soit laid.
Si j’avais voulu qu’il soit joli, j’aurais utilisé de jolies vielles chaussettes et pas les pires de Monsieur (parce que non, je ne mets pas de chaussettes de sport… parce que je ne fais PAS de sport). Cela va de soi, non ?

Vous voulez voir Mochasss ?
Le voici :

Bon jour férié !

Un mini matriochka pour les Folles de récup’


Chez les Folles de récup’, en ce moment, c’est défi plastique. J’ai longuement hésité à crocheter un petit sac en sacs plastiques à la manière des Filles du Facteur (mais quand j’ai vu ça, je ne me suis pas du tout sentie à la hauteur), une crécelle en bouchons ou une palette ou autre façon Tony Cragg… Et puis la semaine dernière, dans un article de Fées Maison, j’ai découvert un lien vers Matryochka Attack chez Crafty Beats (où il y a d’ailleurs pas mal de choses sympas).                          

[ petit record perso : je viens de mettre 12 liens en moins de 4 lignes :o) ]

Et voilà finalement ce que j’ai fait :


Alors non, je ne suis vraiment pas fière du résultat mais comme je manque cruellement de temps en ce moment, je ne suis pas sûre de faire mieux avant la fin du défi. Le visage est mal dessiné et le masking-tape est collé à l’arrache…

Qu’est-ce qu’il y a dedans, à votre avis ? Ce ne sont ni des trombones, ni des épingles.

Allez donc voir les autres participations, chez Les Folles de Récup’ : y en a qui assurent grave !

Défi cravaté et S.C. n°75


Ici, je vous parlais des mésaventures arrivées aux cravates achetées pour le premier défi lancé par Nine qui a créé les Folles de récup’… Et bien voici ce qu’elles sont devenues !

Bon, j’avais presque fini la mosaïque du sac cravaté ou cravateux (si vous préférez) sauf que… mon ordi a planté ! J’ai même cru que je n’arrivais pas à le redémarrer… Et non, je n’avais pas enregistré de brouillon. Grrrrrrrrrrrrrrrr !
Donc, je vous mets les photos vite fait et j’arrangerai tout ça un autre jour parce que là, je suis un peu verte. Mais comme je suis têtue, je publierai quand même cet article ce soir, na !

Voici donc « la bête » :

Demain soir, je reviens donner plus de détails, c’est promis. Et il faudra que je le poste aussi sur les Folles de récup’, hein Nine ?!!!

Si vous voulez revoir le lot de cravates du départ, c’est par .


Et voici ma première participation aux « Serial Crocheteuses ». Le thème de cette semaine est « Le lapin ». Comme Isabelle m’en a donné l’autorisation, je participe avec un modèle crocheté il y a plus d’un an…

« Il était une fois un petit lapin que tout le monde appelait Petit Lapin Rouge.
Il n’en avait pas toujours été ainsi. Petit Lapin Rouge était né blanc, comme bien d’autres petits lapins.
Mais un jour, en lapin-siting chez sa grand-mère, il était tombé dans un pot de peinture et en était ressorti rouge des pattes aux oreilles…
… et jusqu’au bout de la queue. »

Le modèle est issu de ce livre.

Bonne soirée !

%d blogueurs aiment cette page :