Datura


J’avais craqué sur ce patron de Deer & Doe il y a plusieurs années, il a fallu un défi couture « on se coud une Datura en avril ? » pour que je m’y mette enfin. Merci Marion !

Le patron est annoncé pour un niveau intermédiaire, il demande un peu de minutie mais en optant pour la version sans triangle et sans col Claudine, il n’y a rien d’insurmontable. La seule chose qui m’a posé problème, c’est le montage des épaules. Il faut dire que vu que j’ai prêté le patron après l’avoir décalqué, je n’avais gardé que la version des instructions en anglais… Heureusement, d’autres se sont cassé les dents avant moi et on peut trouver des tutoriels, notamment celui-ci.


Plumetis vert + Liberty (?) + dentelle

L’ourlet roulotte un peu, j’ai dû trop tirer le tissu lors de la couture. Et vous remarquez au passage que je n’ai pas encore cousu les ourlets de mon pantalon (et que je n’ai même pas pris le temps de les retourner).

Contrairement aux apparences, il y a bien le même espacement entre les 3 pressions.

Et on ne se moque pas de la marque de bronzage !
Toujours avec un grand tact, le « photographe » m’a dit « mais c’est quoi ces plis au niveau des seins ? », « euh… ça s’appelle des pinces de poitrine… »

Grâce à son empiècement entièrement doublé, ce modèle offre de jolies finitions à l’intérieur comme à l’extérieur et c’est gratifiant de pouvoir être fière du dehors comme du dedans.

Cette blouse Datura est aussi agréable à coudre qu’à porter. Elle aura sans doute des petites sœurs 😉

Hors sujet : hier, nous avons eu la chance de voir par hasard cette œuvre éphémère de Felipe Varini (cliquez ici pour en savoir davantage).

Bonne soirée.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :