Panda


Ysaé avait voulu un poney, Sandro un serpent, Nahel était indécis… Puis il a finalement dit qu’un gros doudou panda, ça lui plairait bien.

Je lui ai montré 2 modèles de doudous pandas, un modèle de pouf, il a encore hésité. Finalement, il ne savait plus s’il voulait vraiment un panda. Puis si : celui du livre « Quand Lisane coud les animaux du monde« , d’Aurélie Marchal, « mais t’es pas obligée Maman, si tu préfères coudre des trucs pour Toi ».

Une fois le modèle arrêté, il me manquait des fournitures : du tissu doudou noir (mais pas du minky dot) et du blanc + suffisamment de ouate de rembourrage anti-acariens. D’autant plus qu’il le voulait plus grand que dans le livre : j’ai décalqué les différentes pièces puis j’ai fait un agrandissement à 141%.

Pour le corps, aucun souci. Pour la tête, aïe ! Nahel ne voulait pas des yeux en « plastoc ». Comment faire en sorte de réaliser des yeux sympas ?

Pas comme j’ai fait : on dirait qu’il est croisé avec un raton laveur à l’air stupide… Les explications en pas à pas illustré de photos sont très claires, pourtant !

Vous avez le droit de rire 😂. Il faut que je lui découse la tête pour l’enfoncer davantage, de manière à ce qu’il ait un cou moins long.

Je crois que j’ai un problème avec les pandas : j’avais complètement raté celui issu du modèle de Laëtibricole. Du coup, Nahel trouve le sien réussi, à côté. Par contre, maintenant que j’y pense, l’attrait de Nahel pour cet animal n’est pas nouveau : il avait choisi un bonnet panda du livre de Mève qu’il a porté plusieurs hivers.

Mon loulou est content parce que malgré ses défauts, c’est un doudou cousu avec amour juste pour lui.

Bonne soirée.

Edit du 4 mai : après une décapitation opération, le cou est un peu plus court. Ce n’est pas flagrant.

%d blogueurs aiment cette page :